épuisé

Par R.-B. PIERROT, 120 pages, 1982

Depuis la publication du Bulletin spécial N° 1-1974 : Clés de détermination des Bryophytes de la région Poitou-Charentes- Vendée, des espèces nouvelles ont été trouvées dans notre région. De plus, il m’a semblé souhaitable d’incorporer aux clés des espèces des régions limitrophes qui pourraient être récoltées dans le Centre-Ouest limité dans la première édition aux cinq départements: Charente-Maritime, Vendée, Deux-Sèvres, Charente et Vienne. Parmi ces espèces étrangères au Centre-Ouest (dont le nom sera mis entre .parenthèses), certaines seront probablement trouvées dans la région considérée, d’autres y sont possibles, d’autres nécessiteraient des conditions locales si particulières que leur découverte reste très incertaine. Mais des surprises sont toujours à envisager; il y en a eu de taille, comme par exemple Orthodontium lineare dans la Vienne, nouvelle pour la France, trouvée par M.A. ROGEON en 1977. La nomenclature a changé: certains binômes peuvent déconcerter les « Anciens » ; c’est pourquoi j’ai indiqué ici et là les synonymies avec des noms connus parfois depuis plus d’un siècle et pourtant jetés aux oubliettes. L’ordre des familles, les genres qui y étaient rattachés, ont subi aussi des bouleversements. Il y a souvent pour moi plus de travail à démêler ces synonymies, ces reclassements, qu’à Que ces pièges de nomenclature ne cachent pas l’essentiel: reconnaître un spécimen et le nommer, par exemple, soit Hypnum depressum, soit Taxiphyllum wissgrillii, peu importe, mais le nommer correctement; le reste regarde des spécialistes souvent plus près des bibliothèques ou des laboratoires que de ces rochers calcaires ombragés où se cache modestement cette belle espèce. Il y aura d’abord trois clés des genres: Hépatiques, Mousses « Acrocarpes », Mousses « Pleurocarpes », puis les clés des espèces. Dans les clés des genres, il est possible qu’un genre (ou quelques espèces d’un genre) possédant un caractère remarquable ne se trouve pas après la proposition mentionnant ce caractère; en effet, ce même genre peut être marqué par un autre caractère analysé plus haut dans la clé. Ces clés ne donnent aucune idée de la classification rationnelle des Muscinées. Elles ne visent qu’à leur détermination par des caractères remarquables de la plante stérile lorsqu’il s’agit d’espèces récoltées sans sporogone ou avec un sporogone immature. Autant que possible, chaque fois qu’une hésitation peut naître entre les deux points d’une proposition, j’ai cherché à établir une « passerelle » qui ramène sur la bonne route. Il est évident qu’on ne peut obtenir un résultat certain dans tous les cas. Les mousses sont des plantes assez variables et leur observation est délicate. Ces clés ne sont donc qu’un guide. Il sera bon, quand on aura déterminé une espèce, de la comparer à un échantillon d’ herbier ou de la soumettre à un bryologue averti. D’autre part, on peut, et je le souhaite, se trouver en face d’une espèce nouvelle pour la région, ou son pourtour, donc absente des clés. Il aurait été souhaitable de publier des croquis. Je pense que ceux de la « Nouvelle Flore des Mousses et des Hépatiques» de 1. DOUIN sont suffisants pour guider un débutant. Toutes les espèces citées par DOUIN ne sont pas dans le Centre-Ouest (environ 30), et inversement, il en manque un bon nombre non citées par DOUIN mais présentes dans la région (1 80 taxons dont plus de la moitié sont ou très rares ou sans grande valeur spécifique : « petites » espèces). De plus la nomenclature de la Flore de DOUIN a vieilli, mais c’est un ouvrage pratique et peu coûteux.